Ferme de Fons des Ores - Agriculture biologique
Accueil > L’Agriculture Biologique > Le choix de l’Agiculture Biologique.

Le choix de l’Agiculture Biologique.

Bio Cohérence : Une éthique, un engagement, une marque.

mercredi 18 octobre 2017, par Renard F des Ores

Une longue réflexion...


Le choix de l’Agriculture Biologique ne s’est pas fait sans une longue réflexion. Il s’est fait après 14 années passées dans un système d’agriculture dite "conventionnelle", très raisonnée, au sens vrai ; pas au sens galvaudé de "l’agriculture raisonnée" dont certains tentent de faire un signe de qualité, mais bien au sens d’une utilisation réellement minimale des engrais chimiques et des pesticides. Cela, grâce à l’utilisation d’engrais organiques (fumier de bovins et compost de champignonnière) et grâce au maintien d’une rotation des cultures.

Une interrogation...


Pourtant, cette agriculture ne nous convenait pas vraiment. Ces quelques engrais et produits chimiques que nous utilisions, ne pouvait-on pas s’en passer ? Les « Bio » s’en passent. Seulement, ce n’est ni le regard des collègues, ni le technicien de la coopérative, ni les clichés véhiculés sur l’Agriculture Biologique qui nous ont encouragé à le faire : « une secte de baba-cools, une agriculture d’OGA (Organisme Génétiquement Attardé)... ». Pourtant, cette idée nous trottait dans la tête... Alors, on a fait le pas. Non, on a fait un pas vers cette agriculture...

Une recherche...


Nous avons suivi une formation sur l’Agriculture Biologique destinée à des agriculteurs qui envisageaient une conversion. Mais attention, rien n’était décidé, les clichés étaient là, tenaces... D’ailleurs, après une première visite de ferme, notre décision était prise : « C’est non ». Je pense qu’il y avait eu erreur sur le choix de la ferme à montrer en exemple ! L’animateur de la formation a donc dû insister fortement pour que j’aille à la visite suivante...

Un choix...


Heureusement, car là j’ai vu ce que nous espérions voir : de belles cultures, avec un potentiel de rendement moindre par rapport au conventionnel certes, mais propres, saines et régulières. Et..., un producteur bio avec juste une petite moustache, avec un esprit ouvert, technique et qui ne cachait rien des difficultés rencontrées mais qui pouvait être fier de son travail. Les clichés étaient définitivement tombés, notre décision était prise : on convertit la ferme en Bio.

Enfin, on pourrait travailler en se passant de tous ces produits chimiques que l’on veut nous faire croire indispensables mais qui empoisonnent le sol, l’eau, les plantes, les animaux, le producteur et les consommateurs.

Aujourd’hui, après plus de 18 ans de production dans le respect du cahier des charges « Bio » et malgré toutes les difficultés de notre métier, nous pouvons dire le plaisir que nous avons à pouvoir travailler selon nos convictions, à cultiver notre « propre champ ». Réaliser la finalité de notre métier d’agriculteur, tout en respectant notre terre nourricière dans son ensemble ainsi que ceux qui vont consommer nos produits, nous procure un bien-être quotidien dans notre travail.

Bio Cohérence : Une éthique, un engagement, une marque

Au 1er janvier 2009, les Cahiers des Charges des pays Européens ont été uniformisés.
Jusqu’à cette date, il existait déjà un Cahier des Charges Européen pour l’Agriculture Biologique, mais chaque pays membre avait la possibilité de rendre ce règlement plus strict. Ainsi, la France avait le Cahier des Charges le plus strict de l’Europe. L’idée d’uniformiser cette règlementation était donc judicieuse.

Malheureusement, si l’on se base sur l’ancien Cahier des Charges Français, (qui nous servait de référence), les tractations et autres concessions pour parvenir à l’harmonisation ont tiré vers le bas les exigences du nouveau Cahier des Charges Européen pour l’Agriculture Biologique. Hormis quelques rares points plus stricts, la plupart des exigences européennes ont été maintenues ou assouplies.

Par conséquent, comme producteurs respectant les exigences du Cahier des Charges Français, nous ne pouvions pas nous situer dans ce nouveau cahier des charges.

Aussi, en 2011, nous avons fait le choix de soutenir Bio Cohérence.

Bio Cohérence, au-delà d’une simple marque nationale, est surtout une démarche qui nous permet de continuer le travail entrepris depuis plus d’une décennie sur notre ferme.

Son Cahier des Charges se base sur le règlement Européen (il faut être certifié bio pour adhérer à Bio Cohérence), y ajoute les exigences de l’ancien Cahier des Charges Français et va même au-delà.
De plus, au-delà d’une règlementation (nécessaire) appliquée à la production, la transformation et la distribution, des exigences de progrès sur les fermes sont incluses.
Ainsi, que l’on fasse ses premiers pas de producteur Bio ou que l’on soit un « ancien » de la Bio, Bio Cohérence nous rappelle par ses exigences de progrès que l’on n’est jamais « parvenu » et que l’on peut et doit toujours faire mieux !

Enfin, et ce n’est pas le point le moins important, avec Bio Cohérence, l’Homme n’est pas oublié.

Bio Cohérence est ouverte à toute personne, du producteur au consommateur qui souhaite soutenir cette démarche.
Pour en savoir plus, visitez le site : Bio Cohérence

OL

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | | Espace privé |